Vieilles familles monfortoises

Une famille Monfortoise dans l’Histoire… de Belgique !

Montaubric, Caubet, Bigourdan, Fourcade, Pujos, Saluste, Gissot, Marcassus, Lafitte, Montangier, Druilhet, Broqueville, Dabrin, Goulard, Lauzéro, etc. sont des noms de familles rencontrés au hasard dans les archives de Monfort ou celles déposées aux archives départementales du Gers à Auch. Certaines de ces familles dont les noms sont connus dès le XVIe siècle, sont encore présentes à Monfort.

Monfort a donné naissance à un personnage illustre et à une famille qui a marqué la vie de monfort et s’est illustrée en Belgique au XXe siècle.

Le personnage illustre est Guillaume Saluste du Barthas (1544-1590), né dans une des maisons de la Grand rue, fils de François (vers 1519-après 1587) et Bertrande Broqueville (vers1524-après1587). Guillaume est un poète gascon du XVIe siècle qui a commencé à être redécouvert il y a une dizaine d’années.

Le patronyme Broqueville n’existe plus à Monfort depuis 1895 bien que des traces subsistent encore ça et là comme dans le cimetière, sur une des clés de voûte de l’église paroissiale Saint-Clément au dessus des grandes orgues, sur la cloche de la chapelle Saint-Blaise et surtout dans les archives de Monfort.

D’aussi loin qu’on peut remonter dans les archives (1550 à Monfort), 1500 à Auch, la famille Broqueville semble avoir marqué la vie de la cité. Les Broqueville étaient des marchands, des bourgeois, des vignerons, des propriétaires terriens ainsi que des notables en étant consuls, marguilliers, substitut du procureur du Roi ou huissier de justice et prêtre. Les Broqueville étaient aussi très souvent des militaires avec des grades d’officiers dont le plus important fut général de l’armée royaliste durant quelques semaines pendant la révolution française. Ils ont été des chevaliers de Saint-Louis, ont reçu la Légion d’honneur sont mort comme des héros durant la guerre contre Abd-el-Kader mais la plupart du temps dans leur lit, de vieillesse assez souvent à des âges avancés !

Les Broqueville auraient pu s’éteindre définitivement si l’un d’eux, Charles (1785-1871) n’avait pris le large et n’avait convolé en juste noce en 1828 avec une belge Octavie le Candèle de Ghyseghem (1803-1835). Bien qu’il ai eut trois enfants, un seul, Stanislas a fait souche en Belgique. Après la mort de son épouse, Charles est reparti vivre à Monfort tant la terre ancestrale lui manquait.

Stanislas a eu cinq filles et deux fils : Charles (1860-1940) et Athanase. Charles est le plus connu des Broqueville puisqu’il a été deux fois premier ministre au service de la Belgique durant la guerre 14-18 et entre 1932 et 1934, plusieurs fois ministre dans divers ministères comme les Affaires étrangères, l’intérieur, la défense nationale, l’agriculture, les chemins de fer et télégraphes, député, sénateur, ayant reçu de multiples décorations. Il est nommé ministre d’Etat en 1918.

Actuellement, les porteurs du patronyme Broqueville, descendants des Broqueville de Monfort sont au nombre d’environ 200 en Belgique. Une partie de ceux-ci ont fait une visite sur les traces de leurs ancêtres en 2001. Depuis lors, Géry de Broqueville vient tous les ans de Belgique pour étudier les archives départementales et communales à la découverte de la grande et des petites histoires de sa famille. Son histoire, c’est notre histoire. En cliquant sur le lien plus bas, vous arriverez directement sur son blog où il nous fait part de ses trouvailles. Intéressantes, souvent amusantes. Bonne lecture.

http://broqueville.be/

Réalisation specialiste WordPress